+ de critères

Biographie Alexandre Astruc

Alexandre Astruc Réalisateur de films, Homme de lettres Décédé le 19/05/2016 (voir toutes les personnalités décédées en 2016)

Astruc, Alexandre,
Réalisateur de films, Homme de lettres.
Né le
13 juillet 1923 à Paris 16e.
Fils de
Marcel Astruc, Journaliste,
et de
Mme, née Huguette Haendel.

Etudes :
Lycée de Saint-Germain-en-Laye, Lycée Henri-IV et Faculté des lettres de Paris.
Diplômes :
Licencié ès lettres.

Carrière :
Journaliste (à Combat, Réforme, Opéra, aux Temps modernes et aux Cahiers du cinéma), Critique de cinéma (depuis 1945), Scénariste, Assistant de Marc Allégret, Metteur en scène et Réalisateur de films, Organisateur du festival du film maudit à Biarritz, Chroniqueur de télévision à Radio-Luxembourg (1969-72), Critique cinématographique à Paris-Match (1970-72), Collaborateur du Figaro-Dimanche (depuis 1977); cinéma : Réalisateur de deux courts métrages Aller-retour (1948) et Ulysse ou les mauvaises rencontres (1949), collaboration aux scénarios de Jean de la Lune (1948), la P... respectueuse (1952), le Vicomte de Bragelonne (1954), les Âmes fortes (2001), Réalisateur (depuis 1951) des films le Rideau cramoisi (1952), les Mauvaises Rencontres (1955), Une vie (1958), la Proie pour l’ombre (1960), Education sentimentale (1961), Evariste Galois (court métrage, 1965, primé au festival de Cannes, 1965), la Longue Marche (1966), Flammes sur l’Adriatique (1968), Sartre par lui-même (en coll., 1976); télévision : adaptation du conte fantastique d’Edgar Poe le Puits et le Pendule (1964), Réalisateur de la série Camera-stylo (1967), du Portrait ovale (1969), de Etre ou ne pas être, la Lettre volée d’après Edgar Poe (1973), Louis XI ou la naissance d’un roi (1977), Louis XI ou le pouvoir central (1978), Arsène Lupin joue et perd, la Chute de la maison Usher (1981), Une fille d’Eve (1988), Albert Savarus (1992).
Œuvres :
les Vacances (1945), la Tête la première, Ciel de Cendres (1975), le Serpent Jaune (1976), Quand la chouette s’envole (1978), le Permissionnaire (1982), le Roman de Descartes (1989), Du stylo à la caméra et de la camera au stylo (1992), l'Autre versant de la colline (1993), Evariste Gallois (1994), le Montreur d'ombres (1996), le Siècle à venir (1998), la France au cœur (2000), Une rose en hiver (2005), les Secrets de Mademoiselle Fechtenbaum (2008).
Décoration :
Chevalier de la Légion d’honneur, Officier de l’ordre national du Mérite, Commandeur des Arts et des Lettres.
Distinctions :
prix Louis Delluc (1952), Prix du festival de Cannes (1952), du festival d’Edimbourg (1953), Prix féminin du cinéma (1953), mention aux festivals de Cannes (1952) et de Venise (1955), Médaille de mise en scène au festival de Venise (1955), prix Roger Nimier (1976), prix Louis Barthou de l’Académie française (1989), prix Balzac (1993), prix René Clair de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre (1994).


personnalités au profil proche de celui de Astruc Alexandre (sélection automatique)

Notre application mobile

Téléphone

Ça bouge pour eux +