+ de critères

Biographie Maurice Béjart

Maurice Béjart Danseur, Chorégraphe, Membre de l'Institut. Décédé le 22/11/2007 (voir toutes les personnalités décédées en 2007)

BÉJART (Maurice), pseudo. de BERGER (Maurice, Jean), Danseur, Chorégraphe, Membre de l'Institut.
Né le
1er janvier 1927 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Fils de
Gaston Berger, Professeur et Homme de lettres,
et de
Mme, née Germaine Capellières

Etudes :
Lycée de Marseille.
Diplômes :
Bachelier, deux certificats de licence

Carrière :
débute comme Danseur à l'Opéra de Marseille (1945), élève de L. Staats à Paris (1945), danse avec l’International Ballet (1949-50) et à l’Opéra royal de Stockholm (1951-52), Chorégraphe et Interprète du film l'Oiseau de feu (1952), Cofondateur des Ballets de l’Etoile (1954) devenus le Ballet Théâtre de Paris (1957), Directeur du ballet au Théâtre royal de la Monnaie à Bruxelles (1960-87), Directeur artistique (depuis 1960) du Ballet du XXe siècle devenu (1987) Béjart Ballet Lausanne, de la Compagnie M (depuis 2002), Directeur (1972-88) de l'association Mudra devenue (1992) Rudra Béjart (école de danse et d'interprétation artistique) à Bruxelles, Membre de l'Institut (Académie des beaux-arts) (1994).
Œuvres :
chorégraphies : la Belle au boa et Symphonie pour un homme seul (1955), Arcane, Tanit, Voilà l'homme et Haut-Voltage (1956), Sonate à trois, Pulcinella (1957), Orphée (1958), le Sacre du printemps, Etudes rythmiques et Signes (1959), Bolero, Such Sweet Thunder (1960), les Sept Péchés capitaux, Suite viennoise, les Quatre Fils Aymon (en coll., 1961), Bacchanale (1961), les Contes d’Hoffmann, le Voyage, les Noces (1962), Prométhée, la Veuve joyeuse et la Reine verte (Opéra parlé) (1963), la Damnation de Faust, la 9e Symphonie de L. van Beethoven (1964), Spectacle Igor Stravinski, Wagner ou l’amour fou (1965), Roméo et Juliette (1966), Messe pour le temps présent (1967), Baudelaire, Ni fleurs, ni couronne, A la recherche de... (1968), Nomos alpha, Hi-Kyo, les Vainqueurs, Actus tragicus, Concert de danse (1969), Serait-ce la mort ?, l’Oiseau de feu, Sonate n° 5 (1970), le Chant du compagnon errant, les Fleurs du mal, Nijinsky, Clown de Dieu (1971), l’Ange heurtbise, Ah ! vous dirais-je Mamman !, Stimmung (1972), le Marteau sans maître, Golestan, le jardin des roses, la Traviata, Tombeau (1973), I Trionfi del Petrarca, Seraphita, Ce que l'amour me dit (1974), Acqua alta, Pli selon pli, Notre Faust (1975), Heliogabale ou l'anarchiste couronné, le Molière imaginaire, Isadora (1976), V comme..., la Plus que lente, Petrouchka, Clair de lune, Raga (1977), Gaité parisienne, Ce que la mort me dit, le Spectre de la rose, Dichterliebe amor di poeta (1978), Life, Leda, Illuminations (1979), Don Giovanni, Casta Diva, Eros Thanatos (1980), la Flûte enchantée, la Muette, Light, Divine, Adagietto (1981), Wien, Wien nur du allein, Thalassa Mare nostrum, l'Histoire du soldat, Concerto en ré pour violon et orchestre (1982), Vie et mort d'une marionnette humaine, Messe pour le temps futur, Salomé (1983), Fragments, Dionysos, Cinq Nô modernes (1984), le Concours, Mouvement, Rythme, Etude, Opérette, Baiser de la fée, la Chauve-souris (1985), Arepo, The Kabuki, le Martyre de Saint-Sébastien, Malraux ou la Métamorphose des dieux (1986), Prélude à l’après-midi d’un faune, Trois études pour Alexandre, Souvenir de Leningrad, Fiche signalétique (1987), l’Impromptu de Hambourg, Et valse, Patrice Chéreau, Dibouk, Piaf, Paris-Tokyo, A force de partir, Bugaku (1988), 1789 et Nous, Chaka, Elégie pour elle, L., aile (1989), Ring um den Ring (Berlin et Paris), Pyramide, Mozart Tangos, Nijinsky clown de Dieu (1990), la Mort subite (1991), M. (1993), Ballade de la rue Athina, le Mandarin merveilleux (Victoire de la musique de la meilleure production chorégraphique 1995), King Lear/Prospero, Sissi, les Chaises (1994), le Presbytère et Jérusalem, cité de la paix (1997), Casse-noisette (1999), Enfant-Roi (2000), Lumière (2001), Mère Teresa et les enfants du monde (2002), Zarathoustra (2006); Chorégraphie du film Les Uns et les autres (1981); Ouvrages : Mathilde (1962), l’Autre chant de la danse (1974), Un instant dans la vie d’autrui (1979), Mort subite (1991), Maurice Béjart (en coll., 1991), la Vie de qui ? (1997), le Presbytère et Mutationx (1999), Lettres à un jeune danseur (essai, 2001).
Décoration :
Chevalier des Arts et des Lettres, Commandeur de l’ordre de Léopold et Grand officier de la Couronne (Belgique), Médaille de l’ordre du Soleil levant (Japon).
Distinctions :
Grand prix chorégraphique du Théâtre des Nations à Paris (1960), Grand prix national de la Musique (1970), prix Erasme de la danse (1974), Docteur honoris causa de l’Université libre de Bruxelles (1979), grand prix de la Société des auteurs (1980), Director of Perfoming Arts du John F. Kennedy Memorial Center à Paris (1981), Praemium Imperiale (1993), Kyoto Prize (1999), prix Grand siècle Laurent Perrier pour l'ensemble de son œuvre (2001).


personnalités au profil proche de celui de Béjart Maurice (sélection automatique)

Notre application mobile

Téléphone

Ça bouge pour eux +