+ de critères

Biographie Mikis Theodorakis

Mikis Theodorakis Compositeur de musique Décédé(e) le 02/09/2021 (voir toutes les personnalités décédées en 2021)

Theodorakis, Mikis,
Compositeur de musique.
Né le
29 juillet 1925 à Chio (Grèce).
Fils de
Yorygios Theodorakis, Avocat,
et de
Mme, née Aspasia Poulakis.
Mar.
le 18 février 1953 à Mlle Myrto Altinoglou (2 enf. : Margarita, Yorgos).

Etudes :
Conservatoire d’Athènes et Conservatoire national supérieur de musique de Paris.

Carrière :
enregistre un cycle de chants Epitaphios à Paris (1960), fonde le Petit orchestre d’Athènes et la Société musicale du Pirée (1962-66), concerts politiques et prises de contact avec des personnalités dans le monde entier, Fondateur (1963) puis Président des jeunesses démocratiques Lambrakis, Député de la 2e circonscription du Pirée (1964), Fondateur du Front patriotique (1967), arrêté, détenu puis déporté (1968), interné (1969), libéré (1970), exilé (1970-74), poursuit son activité politique et culturelle en Grèce, Candidat de la gauche unie (1974), organise en Crète le symposium sur le thème Socialisme et culture (1977), élu Député du parti communiste grec dans la 2e circonscription du Pirée (octobre 1981-86), démissionnaire de son poste de Député (1986), élu Député d'Etat (1989-93), Ministre d'Etat, Conseiller aux affaires nationales et culturelles (1990-92), Fondateur (1986) du Comité pour l'amitié gréco-turque.
Œuvres :
symphoniques: Assi Gonia (1947), Première symphonie, suites n° 3 pour chœur et orchestre (1953), n° 1 pour orchestre et piano (1955), n° 2 pour orchestre (1956), piano concerto (1957), Deuxième symphonie (1980), Troisième symphonie (1981), Sadduceon passion (1982), Septième symphonie, Lorca concerto pour guitare (1983), Quatrième symphonie (1987), Canto Olympico (1991); oratorios (1946-84); musique de chambre (1947-58); cycles de chants populaires (1950-87); musique de ballets (1952-88), notamment: Antigone (1959), les Amants de Teruel (1958), Sept danses grecques de Maurice Béjart (1986); musique de films (1953-77), pour tragédies grecques classiques (1959-92) et pièces de théâtre (1961-76); musique métasymphonique (1960-69); opéras: Kostias Kariotakis (1985), Medea (1990), Electra (1993); divers ouvrages dont Theodorakis, journal de résistance, la Dette (1971), Culture et dimensions politiques, la Dette (1973), les Fiancés de Pénélope (1975), les Chemins de l’archange (1989).
Distinctions :
prix Chostakovitch du festival de musique de Moscou, prix Lénine de la Komsomol (Moscou,1957), premier prix de l’Institut international de musique de Londres (1957) et du festival de chanson populaire d’Athènes (1961), prix américain Copley du meilleur compositeur européen de l’année (1959), prix Sibelius (Londres, 1970), prix d’or de la musique de film (Club Valentini, Italie, 1970), prix pour la musique du film Z (Londres, 1970), prix Socrate (Stockholm, 1974), prix Lénine de la paix (1983), premier prix de littérature (Athènes, 1987), prix de la Fondation Onassis (Athènes, 2000), prix international CIM Unesco de la musique (2005).


Notre application mobile

Téléphone

Ça bouge pour eux +