+ de critères

Angelin Preljocaj

Angelin Preljocaj

Il aurait pu continuer à jouer les maîtres de ballet. Au lieu de cela, Angelin Preljocaj n’a pas hésité, à 52 ans, à monter seul sur scène pour adapter Le Funambule de Jean Genet, un texte qu'il danse et récite à la fois. L'idée lui est venue avec le succès de Blanche Neige, sa précédente création. Sa compagnie embarquée pour une tournée mondiale lui a offert une parenthèse qu'il a employée pour revenir aux sources. A l'époque, où, jeune élève danseur à la Schola Cantorum, il avait pour texte de chevet et manifeste cette lettre d'amour de Genet à un jeune acrobate, ode à l'art et à la danse. Le chorégraphe, qui n'avait plus connu la scène depuis 15 ans, s'est jeté corps et âme dans ce pari un peu fou, et avec succès. Créé au festival Montpellier Danse en juin, Un Funambule est au théâtre des Abbesses jusqu'au 15 septembre. Puis Angelin Preljocaj retrouvera sa troupe, qui prépare un Siddharta pour l'Opéra de Paris et un Apocalypse pour le Bolchoï avec le producteur de musiques électroniques Laurent Garnier.


Biographie liée

Dernières publications dans "À la une"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants