+ de critères

Bruno Canard spécialiste des virus au CNRS

Bruno Canard spécialiste des virus au CNRS

Alors que l’épidémie de coronavirus continue de se propager à travers le monde, certains chercheurs dont Bruno Canard décrivent un monde scientifique « sous perfusion financière ». Par ailleurs, le changement climatique, la perte de biodiversité et la déforestation devraient favoriser l’émergence et la fréquence de nouveaux virus…


Depuis 2003, Bruno Canard est directeur de recherche au laboratoire Architecture et fonctions des macromolécules biologiques (AFMB) à Marseille, un centre de biologie structurale sous tutelle du CNRS et d’Aix-Marseille Université (AMU). Ce spécialiste  travaille sur la réplication des virus à ARN, dont font partie les coronavirus et dirige une équipe travaillant à un vaccin et à un traitement contre ce nouveau virus. Le chercheur regrette que la recherche n'ait pas été suffisament soutenue car nous aurions aujourd’hui un médicament capable de s’attaquer au Covid-19. Selon Bruno Canard, le Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le Syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), responsables respectivement de 774 et 850 morts, auraient dû mener à des remèdes efficaces. Aujourd'hui, les scientifiques passent en revue toute la pharmacopée disponible, étudiant d'anciens médicaments qui pourraient servir comme le remdesivir. Des essais sont en cours, les chercheurs du monde entier sont dans les starting-blocks, mais les solutions thérapeutiques ne devraient pas arriver avant plusieurs semaines.
 


Biographie liée

Dernières publications dans "À la une"



Réactions

Mr Canard profite du virus pour se médiatiser, en disant des choses justes et d'autres fausses... 16/03/2020 :
(par Pierre Audebert)
Mr Canard a écrit un article assez incisif tout récemment, prenant "avantage" (si l'on peut dire hélas) de la crise actuelle, en soulignant qu'il est un spécialiste des coronavirus (c'est vrai) pour expliquer que on étrangle la recherche fondamentale en France et en Europe (c'est moins vrai). Mr Canard a tout à fait raison au début de son article sur le fait que les instances politiques pilotant la recherche (CNRS, ANR et Labex's en gros) privilégient beaucoup trop le court terme au détriment des recherches de fond, et manquent hélas de vision d'ensemble. C'est effectivement dommage, et un rééquilibrage de cette attitude aurait certainement permis de bénéficier de bien plus de recul et de connaissances sur les coronavirus, bien avant le choc actuel. Mr Canard a nettement moins raison sur sa critique des financements. Même en chimie moléculaire, domaine ou j'ai la chance d’œuvrer, les innovations dans le financement, notamment l'émergence de l'ANR comme un acteur fondamental du soutien

Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants