+ de critères

Denis Tillinac (1947-2020)

Denis Tillinac (1947-2020)

Un an après Jacques Chirac, son ancien compagnon de route disparaît à son tour. Journaliste, il avait collaboré à La Dépêche du Midi, La Montagne, Valeurs actuelles et Madame Figaro. Editeur, il avait été président-directeur général des éditions de la Table ronde. Ecrivain, il avait reçu en 2005, le Grand prix de littérature décerné par l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre.

 

Identité
Tillinac, Denis, Georges, Henri, Journaliste, Editeur, Ecrivain. Né le 26 mai 1947 à Paris 17e. Fils de Roger Tillinac, Chirurgien-dentiste, et de Mme, née Paule Leduc. Marié le 10 juillet 1978 à Mlle Monique Espinasse, Pharmacien (4 enf. : Marie, Jean, François, Henri).

Etudes et diplômes
Etudes : Collège Saint-Michel de Picpus et Ecole Massillon à Paris, Ecole Saint-Dominique à Vichy, Lycée de Cusset, Faculté des lettres de Clermont-Ferrand.
Diplôme(s) : Diplômé de l’Institut d’études politiques (IEP) de Bordeaux.

Carrière
Journaliste (1974-79), Chroniqueur littéraire à la Dépêche du Midi, Chroniqueur à Impact Médecin et à la Montagne, Collaboration à Valeurs actuelles, Madame Figaro, Directeur général (1990-94), Président-directeur général (1994-2008) des éditions de la Table ronde, Représentant personnel de Jacques Chirac (Président de la République) au Conseil permanent de la francophonie (1995-98), Ecrivain, Directeur de la publication de la revue l'Atelier du roman (1999), Fondateur de l'association Renaissance Afrique-France (Raf) (2002), Membre du Haut conseil de la francophonie (2004) et du Haut conseil de l'éducation (HCE) (2005-07).
Œuvres : Spleen en Corrèze (1979), le Mystère Simenon (1980), le Rêveur d'Amériques (1981), le Bonheur à Souillac (1982), l'Eté anglais (1983, prix Roger Nimier 1983), A la santé des conquérants (1984), l'Ange du désordre et Spleen à Baumesnil. le Tour des îles (1985), Vichy et l'Irlandaise du Dakar (1986), Maisons de famille (1987, prix Kléber-Haedens 1987), Un léger malentendu (1988), le Bar des palmistes (1989), l'Irlandaise du Dakar (1990), la Corrèze et le Zambèze (essai) (Grand prix de littérature touristique et prix Jacques-Chardonne 1990), l'Hôtel de Kaolack (1991), les Corréziens (en coll., 1991), Retour de d'Artagnan (1992), Rugby blues (1993, Prix du roman populiste 1993), le Jeu et la chandelle et Elvis (1994), Lettre ouverte à Jacques Chirac pour le sauver de ses amis (1995), Elvis, balade sudiste et Dernier verre au Danton (1996), Dom Juan et Je me souviens de Paris (1998), les Masques de l'éphémère (1999), Boulevard des maréchaux (2000), En désespoir de causes et Chirac le Gaulois (2002), Incertains désirs (2003), le Dieu de nos pères et le Venin de la mélancolie (2004, prix du Livre politique et prix des Députés 2005), Vienne fin de siècle (en coll., 2005), Je nous revois (2006), Dictionnaire amoureux de la France (2008), Rue Corneille (2009), Ce qui reste des jours (2010), Dictionnaire amoureux du catholicisme (2011), la Nuit étoilée (2013), Du bonheur d'être réac et Chirac-Hollande, une histoire corrézienne (2014), Retiens ma nuit (2015), Caractériel (2018), Elle (2019), Dictionnaire amoureux du Général (2020); à la télévision : Coscénariste du téléfilm le Bois du Pardoux (1999), Scénariste du feuilleton Une colonne à la cinq (1985) et du téléfilm les Caprices de Marion (1983).
Distinction(s) : Prix de la Table ronde française (1982), prix Libre (1982), prix Roger Nimier (1983), prix Kléber Haedens (1987), prix Jacques Chardonne (1990), Grand prix de la littérature sportive (1993), prix Populiste (1993), prix Paul-Léautaud (1999), prix du Livre politique et prix des Députés (2004), Grand prix de littérature (2005) décerné par l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre

Centres d’intérêt
Sports : rugby, football, tennis, marche.


Dernières publications dans "À la une"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants