+ de critères

Jacques Gounon

Jacques Gounon

Eurotunnel est définitivement sur la bonne voie. Pour la première fois en vingt-deux ans d’existence, le groupe a gagné de l’argent. Et si ce n’est pas encore le Pérou, un petit million d’euros, cela reste un bénéfice historique et symbolique pour son PDG après des années de déboires financiers. Jacques Gounon entrevoit donc le bout du tunnel, lui qui a pris les rênes d’un groupe asphyxié par les dettes et au bord de la faillite. La restructuration opérée en 2007 a permis de diviser le montant de la dette par deux (de 9 milliards à 4,3 milliards d’euros) et le chiffre d’affaires est reparti à la hausse (+ 6 % pour 2007 et + 15 % pour le premier trimestre de 2008). Du coup, le groupe envisage de verser un premier dividende en 2009 à ses 500 000 petits actionnaires, qui n’avaient jusque là jamais touché un centime. Dernier motif d’optimisme pour Jacques Gounon : les JO de 2012 à Londres, qui devraient booster encore un peu plus les bons résultats d’Eurotunnel.


Biographie liée

Dernières publications dans "À la une"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants