+ de critères

Philippe Jaenada le Femina pour une serpe

Philippe Jaenada le Femina pour une serpe

Ce mercredi 8 novembre, l'un des plus prestigieux prix littéraires lui a été décerné pour son roman La Serpe paru aux éditions Julliard. Elu au cinquième tour par six voix contre quatre à Véronique Olmi, La Serpe raconte l'histoire d'un triple meurtre commis en 1941. Au terme d'un procès retentissant, le principal suspect, Henri Girard, est acquitté et l'enquête abandonnée. Alors que tout le monde est convaincu de sa culpabilité, il s'exile au Venezuela avant de revenir en France et de publier Le Salaire de la peur sous le pseudonyme de Georges Arnaud. Quant au meurtre, il restera à jamais inexpliqué.

 

Né en 1964, Philippe Jaenada a été vendeur de tableaux en porte à porte, animateur de minitel rose, rédacteur à Lettres de Femmes, Lettres Magazine et Nous Deux, chroniqueur et reporter à L'Autre journal, traducteur aux éditions J'ai Lu, échotier à Voici... Mais c'est grâce à ses romans qu'il s'est fait un nom dans le paysage littéraire français. Dès 1997, il obtient le prix de Flore pour Le Chameau sauvage, son premier roman. Suivent une dizaine de romans, dont Plage de Manaccora, 16h30, Sulak ou La Petite femelle, salués par la critique et le public, des nouvelles et des livres illustrés. Passionné par l'univers des bars et les courses de chevaux, il nous confiait en mars 2016 que ce dont il était le plus fier dans sa carrière était "de n'avoir jamais cédé à la pression des éditeurs (ou de leur entourage, assistants, correcteurs, etc.) qui tentent toujours, disons plutôt souvent pour ne pas trop généraliser, de "normaliser" les manuscrits." Un entêtement judicieux... et payant.


Biographie liée

Dernières publications dans "À la une"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants


Notre application mobile

Téléphone

Nos partenaires

heure minute seconde