+ de critères

Philippe Mayaux et l’art du mauvais goût

Philippe Mayaux et l’art du mauvais goût

La galerie Loevenbruck couronne près de trente ans de création de cet artiste singulier. Philippe Mayaux expose une vingtaine d’œuvres majeures issues de son univers aux allures kitch, aux couleurs criardes et au sens de l’humour aiguisé. A découvrir jusqu’au 16 mars.
Né en 1961 à Roubaix, Philippe Mayaux a grandi à Marseille et fréquenté la faculté de sciences économiques d’Aix-en-Provence. Il bifurque dans l’art, étudie à la Villa Arson et participe à l’exposition Jour de fête au Centre Pompidou en 2001 avant d’obtenir le prix Marcel Duchamp en 2006. Peintures, sculptures, installations, objets ou photographies, l'artiste utilise tous les médiums et puise ses références chez Magritte ou de De Chirico mais surtout Duchamp qu’il définit comme le plus grand artiste du siècle dernier. Ses collections de petits objets, peintures soigneusement encadrées, gâteaux appétissants ou fragments du corps humains, mis en scène dans des vitrines, sont à redécouvrir à la galerie Loevenbruck. L’exposition Tableaux 1989-2019 retrace son évolution stylistique, qui passe de compositions très fouillées à des toiles plus éthérées, sans jamais perdre son sens du choc, de l’absurde et du mauvais goût revendiqué.
 


Biographie liée

Dernières publications dans "À la une"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants