+ de critères

Pierre MICHON

Pierre MICHON

Il suffit de le voir, au dos d’un livre ou sur un plateau de télévision, pour être saisi par son visage d’écrivain, où pétille un regard à la fois charmeur et ironique. Pierre Michon, salué comme l’un des grands auteurs français vivants, a reçu la semaine dernière le Grand Prix du roman de l’Académie française pour son livre Les Onze. Contrairement à la précoce Marie NDiaye, publiée pour la première fois à 18 ans et lauréate du Goncourt avec Trois femmes puissantes, Pierre Michon a connu une vocation tardive puisqu’il a fait paraître son premier ouvrage, Vies minuscules, à 37 ans. Déjà couronné par un prix Décembre en 2002, Michon conjugue dans ces Onze sa passion pour la grande peinture et celle qu’il porte à la Révolution française ; il nous conte ainsi l’histoire d’un peintre auquel on commande un tableau représentant les onze membres du Comité de salut public. Un livre sur lequel il travaille depuis 15 ans… Car ce Limousin dans l’âme est aussi économe : un livre, généralement court,  tous les deux ou trois ans. Mais à chaque fois, le succès est au rendez-vous. Alors pourquoi se hâter ? Jean-Philippe Toussaint (prix Décembre) et Frédéric Beigbeder (prix Renaudot) sont les autres lauréats d’une année littéraire considérée par bon nombre de critiques comme un très bon cru. Quant aux académiciens, quelques jours après avoir couronné Pierre Michon, ils rendront aujourd’hui un hommage privé à Claude Lévi-Strauss qui s’est éteint vendredi dernier à l’âge de 100 ans.


Biographies liées

Dernières publications dans "À la une"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants