+ de critères

Biographie Alain Griotteray-brayance

Alain Griotteray-brayance Administrateur de sociétés, Homme politique. Décédé le 30/08/2008 (voir toutes les personnalités décédées en 2008)

GRIOTTERAY-BRAYANCE (Alain), Administrateur de sociétés, Homme politique, Ecrivain.
Né le
15 octobre 1922 à Paris 8e.
Fils d'
Edmond Griotteray, Architecte,
et de
Mme, née Yvonne Stocquart.
Veuf
de Mme, née Mireille Pélissier (1 enf. : Michèle et 2 enf. du premier mariage de Mme : Suzanne [Mme Jean Barthélemy], Geneviève [Mme Jean-Paul Giudicelli])

Etudes :
Lycée Condorcet et Faculté de droit et des lettres de Paris

Carrière :
Chargé de mission aux cabinets de P.-H. Teitgen et René Meyer (ministres de la Défense nationale) (1947-48) puis du ministre chargé des Relations avec les Etats associés (1953-54), Officier attaché au cabinet du général, commandant supérieur des troupes françaises au Maroc (1956-57), Conseiller municipal de Paris et Conseiller général de la Seine (1959-65), Rapporteur général du budget de la ville de Paris (1959-65), Rapporteur général au Conseil de district de Paris (1962-65), Président de la société Tornado-France (1961-76), Membre du conseil d’administration de l’Assistance publique à Paris, Président de la Société d’économie mixte du stade de Paris (1964), Cogérant de la Société civile d’étude pour l’aménagement des Halles de Paris (1964-65), Gérant de la Société française d’études hôtelières (1965-68), Ancien président du Centre d’action et de liaison pour l’aménagement de la région parisienne (Calip) (1965), Fondateur de la Fédération nationale des républicains indépendants, Président d’honneur de la Fédération PR et Président de l’UDF du Val de Marne, Président de l’Union des républicains d’Ile-de-France (1982-86), Député du Val-de-Marne (4e circ. : Alfortville, Maisons Alfort, Saint-Maurice, Charenton) (1967-73), Maire de Charenton-le-Pont (1979-2000), Ancien membre du Haut Conseil de l’audiovisuel (depuis 1973), Editorialiste puis Directeur délégué du Figaro Magazine (1978-2000), Membre (1976-82) et Vice-président (1982-86) du Conseil régional, Rapporteur général du budget (1976-86) de la région d’Ile-de-France, Délégué national du Parti républicain (1977), Membre du Conseil économique et social (1979-85), élu Député du Val-de-Marne, inscrit au groupe de l'Union pour la démocratie française et du Centre (1986-97), Membre de la commission des finances et Rapporteur spécial pour les problèmes de la privatisation à l’Assemblée nationale (1986-88, 1993), Juge titulaire à la Haute Cour de justice (depuis 1992), Membre du conseil d’administration de l’Ecole d’architecture de Paris-Conflans, du Conseil de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations, du Haut conseil du secteur public, Membre du Comité central d'enquête sur le coût et le rendement des services publics, Président du Comité régional des prêts d’Ile-de-France (1986), Rapporteur spécial du budget du commerce et de l’artisanat (1988-93), du budget de la communication (1993-95), Administrateur d'Electrolux, de Tornado, de Chromex et d’Eurelem (1976-90), du Parisien libéré (1979-83).
Œuvres :
Anatomie du Parti communiste français (1952), l’Etat contre Paris (1962), Des barricades ou des réformes (1968), Si la France parlait (1973, prix Malherbe 1974), Lettre aux giscardo-gaullistes sur une certaine idée de la France (1980, prix Sévigné 1982), le Théâtre des opérations (1982), la Fraude électorale de la gauche (1983), Nous ne serons plus jamais socialistes (1984), les Immigrés : le choc (1984), 1940 : la Droite était au rendez-vous (1985), Les privatisations : oui mais (1987), Trois portraits cavaliers (1990), Politique d’abord ! (1991), Retour d'Israël (1992), la Droite peut-elle détruire la France (1993), Mieux privatiser (1994), l'Argent de la télévision (1996), la Droite molle. Chronique d'une déroute méritée (1997), Une idée certaine de la France (1998), Voyage au bout de l'Allemagne (en coll., 1999), 1940 : Qui étaient les premiers résistants ? (1999), Je ne demande pas pardon, les Raisons de ma colère et l'Ame d'un peuple (2001), Mémoires (2003), Diên Biên Phu : pourquoi en est-on arrivé là ? (2004), Non à la constitution (en coll., 2005), De Gaulle : encore et toujours (2006), Ne l'appelez plus jamais France (2007).
Décoration :
Grand officier de la Légion d’honneur, Croix de guerre 39-45, Médaille de la Résistance, Médaille des Evadés, Officier de l’ordre national du Viêtnam, Commandeur de l'ordre de Léopold Ier (Belgique), Grand-officier de l’ordre de Léopold II (Belgique).
Distinctions :
Médaille d'or de l'American Legion.


Notre application mobile

Téléphone

Ça bouge pour eux +