+ de critères

Biographie Claude Brasseur

Claude Brasseur Comédien Décédé(e) le 22/12/2020 (voir toutes les personnalités décédées en 2020)

Brasseur, Claude pseudo. de Espinasse, Claude, Pierre,
Comédien.
Né le
15 juin 1936 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).
Fils de
Pierre Espinasse dit Pierre Brasseur (1905-1972), Artiste dramatique (voir W.W. in France, 10e éd.),
et de
Mme, née Odette Joyeux, Actrice (voir W.W. in France, 31e éd.).
Mar.
en secondes noces le 14 novembre 1970 à Mlle Michèle Cambon, Journaliste (1 enf. : Alexandre).

Etudes :
Cours dramatiques René Girard et René Simon à Paris.

Carrière :
au théâtre : débute dans de petits rôles puis interprète successivement : Un ange passe, l'Enfant du dimanche, Match (1964), la Calèche, Britannicus (1966), Du côté de chez l'autre (1971), les Jeux de la nuit (1974), Georges Dandin (1987), le Souper (1989), Dîner de cons (1993), la Dernière salve (1995), A torts et à raisons (1999), Conversations avec mon père (2002), Dieu est un steward de bonne composition (2005), Mon père avait raison (2007), le Tartuffe (2012), la Colère du tigre (2014), Jacques Daniel (2016), L'Indigent philosophe ou la philosophie de la joie (2017); au cinéma : interprète Rue des prairies, les Yeux sans visage (1959), le Nœud de vipère, la Verte Moisson, Pierrot la tendresse (1960), le Caporal épinglé, la Bride sur le cou (1961), Germinal (1962), Dragées au poivre, Peau de banane (1963), Bande à part, Lucky Joe (1964), l'Enfer (inachevé), le Chien fou, Du Rififi à Paname (1966), Un homme de trop, Caroline chérie (1967), la Chasse royale, Catherine ou Il suffit d'un amour (1968), le Viager, le Portrait de Marianne, Un cave (1971), Une belle fille comme moi (1972), Bel ordure (1973), les Seins de glace (1974), Il faut vivre dangereusement, l'Agression (1975), Attention les yeux, Barocco, le Grand escogriffe, Un éléphant ça trompe énormément (1976), Monsieur Papa, Nous irons tous au paradis, l'Etat sauvage (1977), l'Argent des autres, Une histoire simple (1978), la Guerre des polices (1979, César du meilleur acteur 1980), la Boum (1980), Une langouste au petit déjeuner, Une robe noire pour un tueur, l'Ombre rouge, Une affaire d'hommes (1981), Josepha, Guy de Maupassant, la Boum 2, Légitime violence (1982), T'es heureuse ? Moi toujours, la Crime, Signes extérieurs de richesse (1983), Souvenirs, Souvenirs, le Léopard (1984), Palace, les Loups entre eux (1985), la Gitane, Taxi boy, Descente aux enfers (1986), Georges Dandin (1988), Radio Corbeau, l'Union sacrée et l'Orchestre rouge (1989), Dancing Machine (1990), Sale comme un ange (1991), le Bal des casse-pieds, le Souper (1992), le Fil de l'horizon (1993), Délit mineur (1994), le Plus beau pays du monde, Fait d'hiver, la Débandade et Matrimoni (1999), la Taule, Toreros et les Acteurs (2000), le Lait de la tendresse humaine (2001), Chouchou (2003), Malabar Princess (2004), l'Amour aux trousses (2005), Fauteuils d'orchestre, Camping (prix Raimu du comédien dans un second rôle 2007), J'invente rien et le Héros de la famille (2006), les Petites vacances et Sa majesté Minor (2007), Camping 2 (2010), Légitime défense (2011), Quand je serai petit et Ma bonne étoile (2012), le Renard jaune (2013), l'Etudiante et Monsieur Henri (2015), Camping 3 (2016); à la télévision : interprète quelques dramatiques dont : le Paysan parvenu, la Misère et la Gloire, Don Juan, le Mystère de la chambre jaune (rôle de Rouletabille), les Eaux mêlées, Vidocq, les Nouvelles aventures de Vidocq, l'Equipe, l'Argent (téléfilm en 3 parties, 1988), Véga (série, 1999).
Œuvre :
Merci ! (Brasseur, père et fils, maison fondée en 1820) (en coll., 2014).
Décoration :
Chevalier de l'ordre national du Mérite.
Distinctions :
trophée Beatrix Dussane (1974), César pour le meilleur second rôle de l'année dans Un éléphant ça trompe énormément (1976).

Sports :
boxe, natation, football, bobsleigh, ski (2e du grand prix des Artistes, Megève 1972).


personnalités au profil proche de celui de Brasseur Claude (sélection automatique)

Notre application mobile

Téléphone

Ça bouge pour eux +