+ de critères

Analyse du marché de l'art

Analyse du marché de l'art


L’actualité


L’événement incontournable de la rentrée est incontestablement la 27e édition de la Biennale des Antiquaires qui se tiendra sous la verrière du Grand Palais à Paris du 11 au 21 septembre 2014. Les plus grands marchands et antiquaires y accueilleront les collectionneurs venus du monde entier dans une mise en scène réalisée par le grand décorateur Jacques Grange qui a choisi le thème des jardins de Versailles. Fidèle à sa spécialisation consacrée à l’Ecole de Paris des années 50, Applicat-Prazan présentera sur le stand n° NA1 une sélection d’œuvres d’exception provenant de collections prestigieuses.
Parmi les chefs d’œuvre présentés, il faut citer une très importante peinture intitulée La table rose de Nicolas de Staël réalisée en 1953 et conservée jusqu’à aujourd’hui dans une grande collection européenne , un tableau de 1953 signé Serge Poliakoff intitulé Composition dominante rouge, un rarissime Concetto spaziale, Attesa (60T81 – Archives 1473/1) de Lucio Fontana, une huile sur toile de 1929 de qualité muséale de Jean Hélion et enfin Point d’hostilité n° 1, grand format d’Alberto Magnelli réalisé en 1944.  Cette toile historique, largement reproduite, a été exposée à la 25e biennale de Venise en 1950 lors de la rétrospective Magnelli et a obtenu le Prix de la Critique d’Art de Belgique en 1955, après l’exposition Magnelli au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles en 1954.
Poursuivant sa série des grandes monographies d’artistes, Applicat-Prazan présentera à la FIAC du 23 au 26 octobre 2014, puis dans ses deux galeries parisiennes du 4 novembre au 20 décembre 2014, seize peintures historiques de Georges Mathieu exécutées entre 1948 et 1959.
Ces deux grands rendez-vous sont préparés de longue date par la galerie et attendus par les collectionneurs qui viennent du monde entier pour ces salons devenus incontournables. Comme le soulignait Fabrice Bousteau, rédacteur en chef du magazine Beaux-Arts, dans son édito du mois de juillet, « les galeries d’aujourd’hui sont soumises  à une transformation profonde pour exister. Les foires se sont multipliées dans le monde et sont devenues des espaces privilégiés où l’on présente les œuvres les plus spectaculaires, où les collectionneurs doivent se montrer et où ont lieu des événements, des fêtes et des conférences attirant le monde entier. » Il est nécessaire d’être présent dans ces foires où les plus grands collectionneurs viennent du monde entier pour découvrir les stands des antiquaires et galeries internationales qui mettent en scène leurs tableaux et objets d’art dans de somptueux décors. A cette occasion, j’apprécie particulièrement les rencontres et les échanges avec les collectionneurs et les amateurs qui ne seraient peut-être jamais venus dans l’une de mes galeries parisiennes.


 
Mon parcours


Ancien directeur général de Christie’s en France, et responsable à ce titre de son installation avenue Matignon à Paris, j’ai transformé un simple bureau de représentation en une véritable maison de vente. J’ai installé le siège social de Christie's France au 9 avenue Matignon et participé au développement de la société avec la mission de réorganiser la structure parisienne afin qu’elle puisse être pleinement opérationnelle à l’ouverture du marché des ventes aux enchères en France en 2001.
 
Depuis 2004, je dirige la galerie créée par mon père qui était un collectionneur avant de devenir marchand d’art. Sa collection et ses connaissances étaient focalisées sur la seconde Ecole de Paris. Il était convaincu, comme je lui suis aujourd’hui, que l’on fait bien ce que l’on connait bien !
 
Riche de mon expérience chez Christie’s, j’aurais pu changer des choses, par exemple ouvrir la galerie à une autre spécialisation. Je dois rappeler qu’en 2004 l’intérêt pour la peinture d’après-guerre n’était pas aussi prononcé qu’aujourd’hui. Les œuvres d’artistes tels que Soulages, de Staël, Riopelle, Poliakoff, Vieira da Silva, Mathieu, Fautrier, Dubuffet atteignent aujourd’hui des chiffres record aux enchères. Notre engagement et notre conviction ont été récompensés. Entre 2005 et 2012, nos ventes se sont multipliées par quatre.
 


Le métier


Le principal changement est la fréquence et la multiplicité des foires et salons sur lesquels il faut être présent. Le marché est international et il faut être là où sont les acheteurs.
 
Quand un marchand de tableaux s’engage dans l’achat d’un tableau, il s’enquiert de la qualité, de l’authenticité et de l’état de conservation de l’objet convoité. Etant spécialisé dans la période très spécifique de la peinture française de l’après-guerre, j’ai personnellement tendance à croire que mon hyper spécialisation donne à la galerie une légitimité supplémentaire par rapport aux structures généralistes des maisons de ventes aux enchères.
 
 


Les galeries


La présence rive gauche est historique. Idéalement située, 16 rue de Seine, au cœur du quartier traditionnel des galeries de Saint-Germain-des-Prés, la galerie a su fidéliser des collectionneurs qui aiment flâner dans ce quartier. La fin de l’année 2010 a vu l’installation de la galerie dans un second espace stratégique du marché de l’Art à Paris, rive droite, au 14 avenue Matignon. Pendant les grandes ventes aux enchères de tableaux modernes, un flux de clients passe sur l’axe Faubourg Saint-Honoré-Matignon et notre galerie cherche à  fidéliser une clientèle différente de la rive gauche, souvent plus internationale à cause de la proximité des grands hôtels.
 


 
L’art est-il un bon investissement ?
 
L’art ne devrait pas être considéré comme un investissement. Je déteste cette idée. Une œuvre d’art n’équivaut jamais à de l’argent. La valeur d’un tableau vaut plus que le prix. La vie d’une œuvre d’art est infiniment plus longue que la vie de n’importe quel collectionneur. Une collection est essentiellement l’aboutissement d’une passion et demande de la patience. Seuls ceux qui partagent cette façon de voir les choses connaîtront  le succès de construire un bien qui n’aura pas de prix pour le futur et pour leurs enfants.

 

 

Franck Prazan
Gérant de la galerie Applicat-Prazan.
Membre du Syndicat national des antiquaires et du comité professionnel des galeries d'art.

Biographie liée

Dernières publications dans "tribunes de nos membres"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants