+ de critères

Frédéric OUD�A

Frédéric OUD�A

Faire face à la crise et rebondir. Moins de deux mois après la révélation de l’affaire Kerviel qui lui a fait perdre 4,9 milliards d'euros, la Société générale remanie sa direction en nommant son directeur financier directeur général délégué du groupe. Une promotion interne qui place l’intéressé en bonne position pour succéder au PDG Daniel Bouton. Né en 1963, Frédéric Oudéa a passé huit ans au sein de l'administration avant d'entrer en 1995 à la Société générale. Avec cette nomination, cet X-ENA rejoint le triumvirat composé du président et des deux directeurs généraux délégués, Philippe Citerne et Didier Alix, à un moment où la banque, considérée comme l’un des piliers de la finance française, se trouve fragilisée. Même si la Société générale semble tenir bon face à l’une des plus graves crises de son histoire, elle n’est toujours pas à l’abri d’une OPA et Frédéric Oudéa aura fort à faire dans les mois qui viennent pour rassurer à la fois les clients de la banque et les marchés financiers de la solidité de son entreprise. L’une de ses premières missions sera d’ailleurs de piloter le plan stratégique 2008-2010, dont l'objectif est d'améliorer d’un milliard d'euros le résultat d'exploitation de la banque. La crise actuelle de la Société générale se conjugue avec la crise financière mondiale, déclenchée l’été dernier avec l’effondrement des subprimes aux Etats-Unis et qui depuis a touché l’ensemble de la planète finance. Et la situation économique internationale s’est encore aggravée cette semaine avec le rachat de la banque d’investissement Bear Stearns par son concurrent JP Morgan à un prix dérisoire (240 millions de dollars alors qu’elle valait 10 milliards il y a à peine un mois). Après la banque Northern Rock en Grande-Bretagne, c’est un nouveau symbole fort qui tombe, Bear Stearns étant considéré comme l’un des piliers de Wall Street. L’ex-patron de la Fed (Réserve fédérale des Etats-Unis) Alan Greespan ne s’y est d’ailleurs pas trompé : pour lui, l’actuelle crise financière est « la plus grave depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ».


Biographies liées

Dernières publications dans "À la une"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants