+ de critères

Franck RIESTER

Franck RIESTER

Passé sans trop d’encombres au Sénat, le projet de loi Création et Internet (ou loi Hadopi) a commencé à être examiné cette semaine au Palais Bourbon. Vaisseau amiral de la lutte anti-piratage, il prévoit la fameuse riposte graduée contre les internautes téléchargeant illégalement des fichiers protégés par le droit d’auteur (musique, films et jeux vidéo). C’est Franck Riester, un des plus jeunes députés de France (34 ans) qui fera tonner le canon et lancera l’abordage. En tant que rapporteur du texte, il était sur tous les fronts, et notamment face à la presse pour défendre son plan de bataille, qui devrait rencontrer un peu plus de résistance à l’Assemblée qu’au Sénat. L’incertitude demeure encore sur les modalités d’application de la riposte graduée, mais le texte se veut plus pédagogique et dissuasif que purement répressif. Un baptême du feu pour le maire de Coulommiers, également PDG d’une concession automobile dans sa ville, un emploi qu’il a souhaité conserver « pour rester connecté à la réalité », comme il l’affirme sur son blog… qui, bien sûr, ne propose pas de mp3 à télécharger. Hadopi prend donc la suite de Dadvsi, une loi de 2006 déjà censée protéger les droits d’auteur sur Internet. Et pour le moment, Hadopi est loin de s’être fait adopter : le président de l’UFC-Que choisir Alain Bazot craint le « bourbier juridique », Jacques Attali dénonce une « loi scandaleuse et ridicule », et l’Acsel (Association de l’économie numérique) présidée par Pierre Kosciusko-Morizet demande un moratoire de 6 mois pour réfléchir à une riposte plus adaptée. En attendant, mieux vaut peut-être ne pas trop charger l’E-mule.


Biographies liées

Dernières publications dans "À la une"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants