+ de critères

Jean-Bernard LEVY

Jean-Bernard LEVY

A-t-il tout compris ? Jean-Bernard Levy vient en tout cas d’acquérir le « Free brésilien », l’opérateur téléphonique GVT – jeune pousse prometteuse des télécommunications implantée à São Paulo. Le patron de Vivendi remporte à l’arraché le round engagé avec l’espagnol Telefonica, et renforce surtout la présence jusqu’ici limitée du groupe dans les pays émergents en mettant un pied en Amérique latine. L’entreprise la plus hype du CAC 40 a beau payer son ticket d’entrée sur le marché brésilien au prix fort (2,8 milliards d’euros), Jean-Bernard Levy croit tout aussi fort aux perspectives de croissance de la région. Depuis qu’il a poussé la porte de Vivendi en 2002, le pragmatique JBL a réussi à sauver la boutique tout en faisant oublier les années folles du charismatique J2M. La naissance l’année dernière du leader mondial des jeux vidéo Activision Blizzard, les bons résultats actuels des filiales SFR et Canal+ : tout porte à croire que l’ancienne Compagnie générale des eaux a décidé de surfer sur le succès… La 4e licence mobile verra-t-elle le jour ? En ces temps où l’on a plus vite fait de récolter une facture illimitée qu’une connexion no limit avec une clé 3G, les consommateurs n’ont pas l’air de voir d’un mauvais œil l’entrée de Free dans la cour des trois grands (Orange, SFR et Bouygues Télécom). Quelques jours avant que le fondateur d’Iliad Xavier Niel ne soit désigné manager de l’année 2009 par BFM Radio, l’Arcep – le gendarme des télécoms – jugeait d’ailleurs recevable la candidature de Free. L'autorité de régulation devrait prendre une décision définitive avant Noël.


Biographies liées

Dernières publications dans "À la une"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants