+ de critères

Jean-Pierre CHEVÃ?NEMENT

Jean-Pierre CHEVÃ?NEMENT

Battu aux sénatoriales par Jean-Pierre Chevènement, le Président du Conseil général du Territoire-de-Belfort Yves Ackerman a déclaré : « les électeurs belfortains ont confondu avec les Journées du Patrimoine, ils ont élu un monument historique ». Un monument certes, mais alors pas encore classé à l'ISMH : à 69 ans, le lion de Belfort n'a même rien perdu de sa combativité légendaire. Battu deux fois de suite aux législatives de 2002 et 2007, il vient donc d'être élu au Palais du Luxembourg à la barbe du PS et de l'UMP. « JPC » voit en tout cas dans son élection au Sénat une nouvelle occasion de faire entendre ses idées souverainistes. L'ancien ministre de l'Education n'a d'ailleurs pas tardé à les rappeler, en morigénant le film Entre les murs, trop « pédagogiste » à son goût. Du « Che » tout craché… C'est un autre gaulliste qui succède à Christian Poncelet à la présidence du Sénat. Gérard Larcher accède en effet au « plateau » avec un faible suspense depuis qu’il a remporté la « primaire » UMP qui l'opposait à Jean-Pierre Raffarin. On aura aussi remarqué la candidature « dissidente », bien que retirée au dernier moment, de l'ancien ministre Alain Lambert, qui à l'instar de Jean-Pierre Chevènement, souhaitait s'affirmer en tant que franc-tireur, et défenseur d'un Sénat un peu moins « croupion », selon ses propres termes.


Biographies liées

Dernières publications dans "À la une"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants