+ de critères

Mireille Ballestrazzi, première femme à présider Interpol

Mireille Ballestrazzi, première femme à présider Interpol

 

Alors que Fantômette vient de perdre son créateur, Georges Chaulet, une autre justicière est à l’honneur : pour la première fois, une femme va présider l’Organisation internationale de police criminelle, appelée aussi Interpol.
Mireille Ballestrazzi est née en 1954 à Orange. Diplômée en lettres classiques et langues anciennes, elle suit l’Ecole nationale supérieure de police de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or et devient l’une des premières femmes commissaires de police en 1978. Fille de colonel, elle n’a jamais eu peur d’affronter les préjugés et d’intégrer les professions habituellement réservées aux hommes, aussi bien à la répression du banditisme à Bordeaux où elle débute sa carrière qu’à la tête de la police judiciaire en Corse où elle lutte contre les nationalistes clandestins. Entre les deux, elle réussit un coup d’éclat dans une affaire de tableaux de Corot volés à Dijon et retrouvés au Japon. Depuis 2010, elle est la directrice centrale adjointe à la police judiciaire à Paris, fonction qu’elle conserve. Encouragée par Manuel Valls, elle se dit fière d’avoir été « proposée par la France » à la présidence d’Interpol, d’autant qu’il n’y avait plus eu de représentant français à ce poste depuis Ivan Barbot il y a vingt ans.


Biographie liée

Dernières publications dans "À la une"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants