+ de critères

Commissaires-priseurs - Biographies des personnalités maitrisant ce savoir-faire

Talents du Who's Who Commissaires-priseurs
Commissaires priseurs français who's who meilleur expert reconnu spécialiste savoir-faire personnalité française spécialité française

Au contact permanent d’œuvres d'une valeur parfois inestimable, le commissaire-priseur est en quelque sorte l'arbitre de la vente aux enchères. Mais son rôle ne s'arrête pas là : le savoir-faire d'un commissaire-priseur est à la fois artistique et juridique. C'est la conjugaison de ces domaines qui font la qualité de la profession.


Un peu d'histoire


La première vente aux enchères connue daterait de 146 av. J.-C., date à laquelle une vente est organisée pour écouler le butin pris par les Romains aux cités grecques pillées (certaines sources vont jusqu'à 500 av. J.-C.
En France, la législation en la matière se passe en deux temps. D'abord en 1254 avec Saint Louis, qui organise les "sergents à verge et à cheval" chargés entre autres des ventes forcées et judiciaires. Ensuite en 1556 avec Henri II qui accorde à la profession un statut ministériel. Autre date importante : 1669, avec la première publication d'un catalogue illustré. Quelques années plus tard, en 1713, le terme de commissaire-priseur apparaît enfin. Aujourd'hui les commissaires-priseurs judiciaires sont nommés par arrêté par le Garde des Sceaux. Mais une importante réforme a eu lieu en 2000 : une distinction est désormais faite entre les ventes judiciaires et les ventes volontaires. Les premières restent du ressort des officiers ministériels, tandis que les secondes sont du ressort de sociétés soumises à l’agrément et au contrôle disciplinaire du Conseil des ventes.


Les grands noms


Sotheby's et Christie's, deux des plus emblématiques maisons, sont ainsi nées à Londres au XVIIIe siècle. Les deux prestigieuses sociétés ont bien évidemment chacune un bureau français qui compte des spécialistes pour chaque période historique. Beaucoup plus récente, Artcurial a été créé par François Dalle qui dirigeait alors L'Oréal. Il s'agissait à l'origine d'une galerie d'art qui devint en 2002 une maison de vente aux enchères.
Pierre Cornette de Saint-Cyr, Hervé Poulain, François Curiel, Jean-Pierre Osenat... parmi les meilleurs commissaires-priseurs, certains sont de véritables stars, chouchoutés par les médias grâce aux ventes et aux évènements exceptionnels qu'ils ont organisés.
En France, la plus célèbre salle de ventes est sans conteste l'Hôtel Drouot, situé rue Drouot à Paris... Inauguré en 1852, il s'agit de seize salles dévolues à la vente d'objets d'art.



Les mots des commissaires-priseurs


"Adjugé vendu", l'association de ces deux mots est la plus emblématique de la profession. Telle une image d'Epinal, ils sont appuyés d'un coup de marteau et mettent un terme à une vente aux enchères. Mais d'autres mots, qu'ils soient techniques ou rhétoriques font partie du champ lexical de la profession : confidentialité, droit de préemption, estimation, étude, expert, mise à prix et prix de réserve...


Organisation


La Chambre nationale des commissaires-priseurs judiciaires, créée en 1945 a notamment pour mission de représenter les commissaires-priseurs auprès de l'Etat. De son côté, le Syndicat national des maisons de vente volontaire (Symev) est chargée de représenter officiellement les commissaires-priseurs de ventes volontaires auprès de l'Etat.
 

Dernières publications dans "Talents et savoir-faire français Who’s Who: le « luxe français »"



46 biographies liées

Découvrez les experts du Who's Who rattachés à ce métier.