+ de critères

Réalisateurs de cinéma - Biographies des personnalités maitrisant ce savoir-faire

Talents du Who's Who Réalisateurs de cinéma
Réalisateurs de cinéma français who's who meilleur expert reconnu spécialiste savoir-faire personnalité française spécialité française

Si les flashs crépitent le plus souvent pour les acteurs et actrices, les réalisateurs ne sont pas en reste. Ils dirigent les plus grandes stars du cinéma et coordonnent les équipes de techniciens. S'ils sont reconnus lorsqu'ils foulent les tapis rouges, leur métier est fait de luttes pour défendre leurs œuvres.

Ce travail acharné peut aller pour certains de l'écriture du scénario à la promotion du film, en passant par la recherche de producteurs et par la réalisation proprement dite. Ils sont de véritables chefs d'orchestre aux multiples spécialités qui doivent coordonner, diriger, superviser et créer. Ces metteurs en scène s'encadrent en effet de toute une équipe : assistants, chefs opérateur, décorateurs, ingénieurs du son, cadreurs, monteurs, scriptes, chargés de casting...


 

Un peu d'histoire...


Depuis les frères Lumière et leur Sortie d'usine en 1895, les meilleurs réalisateurs français n'ont cessé d'enchanter les toiles de nos cinémas. Il est impossible de brosser le tableau quasi infini de tous ceux qui ont marqué l'histoire du cinéma tant la variété est grande. Qu'il s'agisse de comédies, de films noirs, de films d'action, de satires ou de tragédies, les plus grands ont su élever le cinéma au rang d’œuvre d’art… le septième art.

Parmi les films et réalisateurs qui ont marqué l’histoire, citons Les Vampires de Louis Feuillade en 1915, Zero de conduite en 1933 et L’Atalante de Jean Vigo en 1934, Angèle de Marcel Pagnol en 1934, Faisons un rêve de Sacha Guitry en 1936, La Règle du jeu de Jean Renoir en 1939, La Belle et la Bête de Jean Cocteau en 1946, Madame de… de Max Ophuls en 1953, Nuit et Brouillard d'Alain Resnais et Les Diaboliques d'Henri-Georges Clouzot en 1955, Mon oncle de Jacques Tati en 1958, La Vache et le Prisonnier d'Henri Verneuil en 1959, François Truffaut et Les Quatre Cents Coups en 1959, Jean-Luc Godard avec A bout de souffle en 1960, réalisateur également du Mépris en 1963, Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda et La Guerre des boutons d'Yves Robert 1962, Les Tontons flingueurs de Georges Lautner en 1963, Les Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy en 1964, Claude Lelouch et Un homme et une femme qui sort en 1966 tout comme La Grande Vadrouille de Gérard Oury, Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy et Playtime de Jacques Tati en 1967, Le Samouraï de Jean-Pierre Melville en 1968, La Maman et la Putain de Jean Eustache en 1973, Céline et Julie vont en bateau de Jacques Rivette en 1974, Les Bronzés de Patrice Leconte en 1978, Hôtel des Amériques d’André Téchiné en 1981, A nos amours de Maurice Pialat en 1983, Les Nuits de la pleine lune d’Eric Rohmer en 1984, Le Grand Bleu de Luc Besson et L'Ours de Jean-Jacques Annaud en 1988, Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau en 1990, Les Visiteurs de Jean-Marie Poiré en 1993, Claude Chabrol et La Cérémonie en 1995, Le Dîner de cons de Francis Veber en 1998, Jean-Pierre Jeunet et Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain sorti en 2001, Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre d'Alain Chabat en 2002, Les Choristes de Christophe Barratier en 2004, Bienvenue chez les Ch'tis de Dany Boon en 2008, Intouchables d'Olivier Nakache et Eric Toledano en 2011...
Une liste non exhaustive qui témoigne de la vitalité du septième art français. Autant de chefs-d'œuvre ou de succès populaires qui ont marqué l'histoire du cinéma français et international.

 

Les mots des réalisateurs


Angle de prise de vue, bruitage, cadrage, caméra subjective, clap, champ, contre-champ et hors champ, contre-plongée, décor naturel ou de studio, effets spéciaux, figurants, focale, fondu, générique, mixage, montage, perche, arrière-plan, premier plan, plan général ou plan rapproché, plan séquence, postsynchronisation, prise, raccord, rushes, zoom... Le vocabulaire des réalisateurs est immense et témoigne de la richesse à la fois technique et humaine du métier.

 

Organisation


Le Syndicat français des réalisateurs (SFR-CGT) regroupe des réalisateurs des secteurs du cinéma, de l'audiovisuel et de l'information. Il est affilié à la Fédération nationale des syndicats du spectacle, de l’audiovisuel et de l’action culturelle (FNSAC-CGT) (créée en 1902 et qui compta notamment dans ses rangs Gérard Philipe et Jean Cocteau) et à l'Internationale des média et du spectacle (UNI-MEI).
Créée en 1968, la Société des réalisateurs de films (SRF) vise à "défendre les libertés artistiques, morales, professionnelles et économiques de la création et de participer à l'élaboration de nouvelles structures du cinéma." C'est elle qui est à la l'origine de la création de la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 1969.
La Société civile des Auteurs réalisateurs producteurs (ARP) a été créée administrativement en 1987 et effectivement l'année suivante afin de réunir les réalisateurs qui se produisent eux-mêmes. Le premier président a été Claude Berri, d'autres grands noms ont suivi, comme Jean-Jacques Beineix, Claude Lelouch, Claude Miller, Coline Serreau, Claude Zidi et, plus récemment Michel Hazanavicius.
 

Dernières publications dans "Talents et savoir-faire français Who’s Who: le « luxe français »"



114 biographies liées

Découvrez les experts du Who's Who rattachés à ce métier.