+ de critères

3 questions à Ali Mahdavi

3 questions à Ali Mahdavi

Régulièrement, le Who’s Who donne la parole à une personnalité. Le principe est simple : 3 questions, 3 réponses.
Quelques mots ou plusieurs lignes, libre à chacun d’y répondre selon son inspiration.

 

D'origine iranienne,  Ali Mahdavi est un artiste pluriel – photographe, réalisateur, plasticien, styliste – qui s’est imposé comme "l'ambassadeur du glamour", dès sa sortie des Beaux-Arts de Paris en 2000. Directeur artistique de la revue Désirs au Crazy Horse Paris, il a exposé dans le monde entier (Paris, Berlin, Genève, Londres…), travaillé en tant que photographe et réalisateur pour de grandes marques (Cartier International, Piaget, Wonderbra, Dom Perignon, Thierry Lasry) et de prestigieux magazines (différentes éditions de Vogue, Vanity Fair, Numéro…).

Il a photographié de nombreuses célébrités telles que Karl Lagerfled, Donatella Versace, Giorgio Armani, Tom Ford, Marilyn Manson, Naomi Watts, Tilda Swinton, Marion Cotillard, Catherine Deneuve... Son travail sur la lumière, son obsession pour la Beauté iconique, objet de désir, de sacrifices et de refoulements, perpétuent et réactualisent l'univers excessif et fascinant de l'âge d'or hollywoodien.


 


 

- De quoi êtes-vous le plus fier dans votre carrière ?

 

De mon diplôme avec les félicitations du jury à l'unanimité à l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, qui à mon sens est une des meilleures école d'art au monde. Ces félicitations à l'unanimité ne sont données qu'à trois ou quatre élèves par an. Pour moi, immigré iranien qui s'est reconnu dans les valeurs de la République française - qui contribue au rayonnement de ce pays dans le monde - cette distinction est source de grande fierté.
 

 

- Quel(s) autre(s) métier(s) auriez-vous aimé exercer ?


J'ai toujours été fasciné, dans mon travail, par le processus de sublimation de la beauté des femmes, par leur quête de la beauté idéale, à laquelle certaines se dévouent au mépris des conventions sociales. J'aurais aimé accompagner ce désir en tant que chirurgien esthétique, en redessinant les erreurs que la nature a pu faire, en étant, comme je le suis aujourd'hui, un artisan du glamour. D'ailleurs je pense que les chirurgiens esthétiques devraient connaître l'histoire de l'art pour éviter de commettre des aberrations.

 

 

- Avez-vous un ou des modèles ? Une personnalité qui vous a inspiré ?


Marlene Dietrich. Elle est la personnification même du glamour : par la force de la volonté et le regard de son pygmalion Josef von Sternberg, qu'elle a surpassé ensuite, elle a transcendé ce que la nature lui avait offert (qui était adorable, sans pour autant être idéal) pour correspondre à sa vision de la beauté et devenir un oiseau de paradis.





 


Biographie liée

Dernières publications dans "3 questions à"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants